Panier

NKANGA YAFU Dady

NKANGA YAFU Dady
5 heures, café noir
Acrylique sur toile
2017
H- 103cm / L- 130cm / H- 4cm

Dady Nkanga Yafu (1988)  dès sa plus tendre enfance sera influencé par les affiches de cinéma peintes par les artisans croisés dans la rue et les dessine sur ses cahiers à la sortie de l’école. Adolescent, il participe en off au Festival des jeunes créateurs à Kinshasa, affirmant son goût pour le dessin contre l’avis de sa famille qui craint pour son avenir.

Son rêve d’apprendre le dessin se réalise quand sa famille accepte de l’inscrire aux Beaux-Arts de Kinshasa en 2001. il y suit les cours pendant sept ans, fréquente les ateliers d’artistes, se perfectionne, travaille et expose dans des Salons et Festivals.

2002, il monte un collectif d’artistes dans sa ville natale du Congo-Kinshasa et crée un cours pour transmettre ses techniques et son savoir, les ventes permettant alors de subvenir aux besoins des élèves.

2003, il participe à une exposition collective au Musée National de l’Académie des Beaux-Arts de sa ville où ses œuvres rencontrent un grand succès, il donne l’argent de ses ventes personnelles à sa mère pour son commerce.

2006, il quitte le collectif d’artistes pour exposer pendant un an à l’Institut français (CCF Gombe) au 7ème Salon des Arts plastiques Congolais.

2010, il crée avec son ami Christian Mumpasi Za Meso, un peintre influent en Angola, un festival qui ne rencontrera pas le succès.

2011, il expose ses peintures dans les plus grandes galeries de Kinshasa, notamment la Galerie Symphonies des Arts au Camp Chanique Combe.

Dès lors, il continuera sa route seul.

En 2012 et 2013, Dady travaille en fonderie avec les maîtres Kamanda et Roger Bungiena qui vont le former à la sculpture sur bois.

2015 > 16, ses peintures seront présentées à Libreville (Gabon) au Centre culturel français

2017 , grand tournant dans la vie de Dady qui expose Place Victoire à Kinshasa pour défendre la cause des femmes et des enfants violentés. Il y organise un rassemblement politique non violent qui lui vaudra d’être arrêté et jeté en prison d’où il parviendra à s’évader avec l’aide d’un ami. Il quitte alors le Congo pour retourner à Libreville.

2018, Dady arrive en France mais ce ne sera qu’en 2019 qu’il rencontre Annie. Elle l’accueille dans son atelier et l’aide à construire une nouvelle œuvre.

Telle une renaissance, Dady nous ouvre à sa peinture malgré sa situation illégale qui sera finalement régularisée en 2022.